Une irrésistible ascension

Au cours du XXe siècle, de nombreux pays se sont convertis à la théiculture, et le continent africain représente aujourd'hui un des acteurs essentiels sur le marché mondial du thé. Les thés produits sont à la fois issus du procédé orthodoxe, qui donne les thés en feuilles entières ou brisées, et également du CTC, crushing-tearing-curling, littéralement broyage-déchiquettage-enroulage, un processus mécanique qui transforme la feuille de thé en toutes petites perles, destinées aux thés en sachets.

Aujourd'hui une douzaine de pays africains produit du thé noir, de qualité inégale selon les provenances, et les experts de Palais des Thés ont choisi de ne retenir la production que de certains d'entre eux. Désormais, l'Afrique est également en mesure de produire des thés de haute qualité, y compris des Grands Crus comme au Malawi.

Les principaux pays producteurs

 

Kenya

Le Kenya est aujourd'hui le troisième producteur mondial, avec environ 8% de la production. La quasi-totalité des thés originaires de ce pays sont des CTC et le jardin de Marynin, avec sa production de thé orthodoxe, reste une exception.

Malawi

Le Malawi compte quelques plantations dirigées par de véritables passionnés, ce qui a permis, aux côtés des CTC, de réserver de petites parcelles à l'emmergence de récoltes de haute qualité aux saveur uniques et originales, dignes de l'appelation Grands Crus.

Afrique du Sud

Originaire d'Afrique du Sud, le Rooibos bush, de son vrai nom Aspalathus linearis, est une plante différente du théier, donnant une boisson agréable, sans aucune théine et quasiment dépourvue de tanin.

Île Maurice

Proche de la Réunion, l'île Maurice produit différents thés dont le plus célèbre est apprécié pour son goût vanillé.

Rwanda

La production du Rwanda est tout à fait mineure, rapportée à l'échelle mondiale, mais ce pays propose quelques thés de qualité très intéressante.