Découverte de thés d’exception au Malawi

Il y a toujours de belles surprises dans des endroits inattendus ; c’est pour cela que Palais des Thés, en particulier son fondateur François–Xavier Delmas, sillonne inlassablement le monde. Il a récemment découvert des thés d’une grande qualité en Afrique. Direction le Malawi.

- Article extrait du magazine Bruits de Palais 69 - page 6 -

lazyload

Ce qui a amené François-Xavier Delmas au Malawi ? C’est « comme pour tous mes voyages, un ensemble d’indices qui incite à creuser, des informations qui se recoupent, des rencontres, la dégustation d’échantillons de qualité….» confie-t-il.

Le continent africain se présente aujourd’hui comme un des acteurs essentiels sur le marché mondial du thé. En effet, depuis son introduction au début du XXème siècle, la production s’y est fortement développée et génère majoritairement des thés noirs CTC* destinés à la grande consommation. Cultivé au Kenya, au Malawi, en Ouganda, en Tanzanie et au Rwanda entre autres, le thé africain est principalement destiné à l’exportation.

En parallèle de cette production de masse, émergent des thés différents. En effet, à l’instar d’autres régions du monde comme le Népal, certains directeurs de plantation cherchent, depuis quelques années, à gagner en qualité. «.Il est très probable qu’émergent de grands thés au Rwanda, au Kenya ou encore au Burundi.» précise François-Xavier Delmas. C’est au Malawi qu’il a découvert des thés d’exception, dignes de figurer parmi les Grands Crus de la maison. Il lui faudra vingt-quatre heures de voyage, trois avions et trois heures de 4x4 pour rejoindre le domaine de Satemwa d’où proviennent ces thés.

C’est là où nous faisons vraiment notre métier, dénicher des thés d’exception que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Nous allons à la rencontre de producteurs passionnés et nous nouons avec eux des relations pérennes qui vont au-delà de l’échange commercial. Nous sommes quasi les seuls à faire ça. Nous échangeons avec eux, les soutenons. Nous observons la façon dont ils travaillent tout en étant attentifs aux aspects éthiques. Tout cela afin de pouvoir proposer les meilleurs thés

explique François-Xavier Delmas.

La plantation est située près du village de Thyolo, à 1.100 mètres d’altitude, sur les hauts plateaux du sud du Malawi où se trouvent toutes les cultures de thé du pays. Elles sont les héritières des premières plantations de thé de toute l’Afrique, cultivées dès 1878. Aujourd’hui encore, le Malawi est le 2ème producteur de thé africain, derrière le Kenya, avec

50.000 tonnes par an. Le climat subtropical est tout à fait adapté à la culture des théiers, qui doivent toutefois être sélectionnés pour leur résistance à la sécheresse sévissant la moitié de l’année. Sur les grandes plantations de Satemwa sont cultivés café et thés CTC*, mais le propriétaire, Alex Kay, en passionné et amoureux du thé, y a consacré une petite parcelle pour développer des thés en feuilles entières de très haute qualité, travaillés artisanalement. S’inspirant de savoir-faire reconnus, il effectue de longues recherches et expérimentations pour créer ses propres crus, avec son propre style. Il s’est également équipé d’outils spécifiques, dont certains venus de Chine ou de Taïwan.

Autre particularité rare, il produit une grande diversité de couleurs de thés : sombres, noirs, verts, semi-oxydés (oolong), blancs. L’exemple de Satemwa saura peut-être attirer d’autres producteurs du Malawi et d’Afrique, et, comme cela a pu se produire au Népal, permettre le développement de plantations de très haute qualité pour notre plus grand plaisir.

*CTC (crushing-tearing-curling) : désigne une technique visant à hacher finement des feuilles de thé puis à les rouler en petites billes

Me connecter
Me connecter Créer mon compte